Un beau métier : couvreur !

TDP-Petits-Hotels574. ccs-cecler.com/couverture/

TDP-Petits-Hotels574. ccs-cecler.com/couverture/

« Une inscription des toits de Paris au patrimoine mondial de l’Unesco aurait l’avantage de faire reconnaître nos métiers comme des métiers d’art », explique Angel Sanchez.

Le livre de Gilles Mermet avait déjà rendu fiers de leur métier les compagnons qui y avaient participé. « Après avoir lu le livre, explique le journaliste, certains couvreurs que j’avais photographiés étaient surpris : ils ne pensaient pas que l’on pouvait faire un si beau livre à partir de leur métier ! Aujourd’hui, il nous faut convaincre l’Unesco que derrière ces toits, il y a des hommes qui pérennisent un savoir-faire unique. »

Redorer l’image du métier est une préoccupation majeure pour la profession des couvreurs qui cherche à attirer les jeunes. « Les toits de Paris accueilleront de plus en plus d’équipements liés aux nouvelles technologies, explique Mériadec Aulanier, secrétaire général du GCCP. Et les jeunes sont très préoccupés par les problèmes de gestion de l’air et de l’eau. »

Pour rapprocher encore le grand public des toits et des couvreurs, Angel Sanchez a évoqué l’idée d’installer quelques sapines accessibles au public, dans Paris, aux côtés d’échafaudages. L’emplacement de ces sapines évoluerait au grès des chantiers. Les Parisiens pourraient ainsi admirer leur ville en altitude, mais également voir des couvreurs au travail.

Pour en savoir plus sur le métier de couvreur.