La course automobile du siècle

Programme 33. Teleobs.nouvelobs.com

Programme 33. Teleobs.nouvelobs.com

Louis Renault c’était l’inventeur solitaire, un ingénieur et un mécanicien passionné qui maniait si bien outils et  métaux  qu’il a été souvent le vainqueur de courses automobiles dangereuses.

Dès 14 ans il fabriquait des automobiles dans un petit atelier au fond du jardin familial de Billancourt. Il créera avec ses 2 frères, après son échec au concours de l’Ecole Centrale, l’entreprise Renault frères.

En 1911 il part aux Etats Unis et revient avec de nouvelles méthodologies de travail tel que le chronométrage pour augmenter la productivité …ce qui provoquera des grèves… tout en acceptant l’idée du principe de la délégation ouvrière dès 1912.

Il inventera aussi la boîte de vitesses avec prise directe, les bougies démontables …

Son usine fabriquera aussi bien tissus que caoutchouc, équipements électriques, bougies et même son électricité à partir de ses propres centrales.

Il s’interesse aussi évidemment à tout ce qui a des roues et un moteur, ainsi il sera avant tout le monde le promoteur des camions, des autobus (à passerelle…) et fera les meilleurs moteurs Diesel d’avion ou de marine du monde !

André Citroën était un innovateur, un homme de marketing, un homme d’aventures aussi (Afrique, Chine…). C’était aussi l’homme des jouets Citroën (superbes maquettes à 1/10e).

Il fera Polytechnique et sera plus un gestionnaire, un manager innovant, il démarrera sa propre firme, plus tardivement, en 1919. C’est lui qui popularise le fameux double chevron qui représente la denture d’un engrenage dont il a racheté le brevet à un ingénieur polonais.

Il produira plus rentablement que Renault et appliquera  les méthodes de Ford ce qui lui permettra de livrer la première voiture fabriquée en série en 1919.

Il invente le réseau des concessionnaires, le crédit à la consommation et la voiture clé en mains.

Il produira plus pour moins cher comparitivement à Renault et arrivera à récupérer des marchés comme celui des taxis fabriqués par Renault avant la guerre et qui serviront pour la Marne.

Ces 2 hommes vont se retrouver face à face au lendemain de la Première Guerre Mondiale, concurrents sur un marché où la demande en automobiles a explosé.

Ils s’admiraient, se craignaient s’entraidaient éventuellement (Renault fournira à Citroën des briques pour construire sa nouvelle usine du quai de Javel…) mais finiront tous 2 tragiquement.

Citroën lâché par les banques est ruiné par la crise des années 30. La Traction a épuisé ses dernières ressources financières et sa santé. Il ne verra pas les formes futuristes ou incongrues de la la 2cv ou de la DS19. Il meurt ruiné, oublié…

Renault qui a contribué à la victoire de 1918 avec les chars de Verdun, se verra éclaboussé par le fait que ses usines ont travaillé, comme tant d’autres, pour l’occupant…il sera jeté en prison. Malade, ses derniers mots avant de mourir seront pour s’inquiéter de la pérennité de son usine.

A lire : « Transports urbains » de  Clive Lamming