Eiffel, l’ingénieur-artiste

Tours, ponts, viaducs, charpentes...le parcours extraordinaire d'Eiffel

Crédit : fr.wikipedia.org

Eiffel a été un grand ingénieur, un constructeur hors pair, un entrepreneur auteur de milliers d’ouvrages métalliques qui ont peuplé la France, l’Europe mais aussi l’Amérique du Sud et même l’Indochine, il est considéré à juste tire comme le « magicien du fer ».

La Tour Eiffel, son génial chef d’œuvre de notoriété mondiale, incarne à elle seule la maîtrise technique, le savoir-faire et l’audace des bâtisseurs qui inventèrent la construction en fer, matériau mythique de la révolution industrielle. En réalité c’était l’extrapolation du principe des piles de pont que l’entreprise maîtrisait parfaitement.

Ce projet est proposé par 2 de ces principaux ingénieurs, Emile Nouguier et Maurice Koechlin, qui ambitionnent de la construire en 2 ans et 2 mois. Le succès est technique et populaire, elle reçoit 2 millions de visiteurs pendant l’Exposition universelle de 1889 !

Cette réussite s’appuie sur 30 ans d’expérience. Après ses érudes d’ingénieur à l’Ecole Centrale, il a pris la direction du chantier du pont ferroviaire de Bordeaux, en créant sa propre entreprise en 1864 à l’âge de 32 ans avec son associé Théophile Seyrig.

L’entreprise construit des charpentes métalliques comme celle de la synagogue de la rue des Tournelles , mais aussi des usines à gaz à Paris, et des ponts métalliques en quantité.

La recherche de nouveaux débouchés dans un marché à la conccurrence accrue le pousse vers le Pérou et la Bolivie où il va construire ponts, jetées, gazomètres et même des églises préfabriquées en métal…

En mai 1875 il remporte un concours international pour la construction d’un important viaduc de chemin de fer à Porto. Le principe de cette majestueuse arche de 160 mètres, (à un prix de revient 3 fois moins chers que ses plus chers concurrents) est montée sans échafaudage directement à partir des rives. Ce  principe sera retenu pour la construction du Viaduc de Garabit construit en 1879.

La diversification de ses activités se retrouve dans le grand vestibule d’accueil de l’Exposition universelle de 1878, la dernière tranche de l’agrandissement des magasins de Bon Marché, l’imposant hall de bureaux du siège du Crédit Lyonnais à Paris, l’ossature intérieure de la statue de la Liberté ou le dôme métallique de l’observatoire de Nice.

Eiffel s’engage simultanément dans l’aventure du canal de Panama qui malheureusement aboutira au plus grand scandale financier du siècle.

Eiffel, inculpé aux côtés de Lesseps père et fils, se lance alors dans une carrière de savant aussi prolifique que sa carrière de constructeur. C’est ainsi qu’il va démontrer l’utilité scientifique de la Tour en y installant un émetteur radio en 1898 puis une station permanente en 1906. Ce qui sauvera la Tour d’une destruction annoncée.

Jusqu’à sa mort en 1923, il continuera ses expériences aérodynamiques dans la soufflerie qu’il a fait construire à Auteuil. Tous les pionniers de l’aviation naissante vendront y tester leurs maquettes.

Au delà de ses succès incontestables et reconnus dans le monde entier, c’est la personnalité même d’Eiffel qui a marqué son temps : qualités intellectuelles et humaines, pensée scientifique et donc rigoureuse, curiosité, fibre entrepreneuriale, courage face aux attaques personnelles, une certaine vision du monde….

A lire : “Gustave Eiffel” de Bertrand Lemoine