Voyage en nostalgie au fil des lambeaux de réclame des années 50 !

Des antiquités refont surface ! En débutant le “décarrossage” (c’est-à-dire le retrait de parois métalliques) de la station Trinité – d’Estienne d’Orves, la RATP a mis au jour des murs vieux d’un demi-siècle qui offrent aux usagers un saisissant voyage dans le temps. La plupart de la surface dévoilée consiste en des affiches décrépies dont on imagine qu’elles rompaient joyeusement  la monotonie des couloirs et quais.

Anciennes céramiques , affiches de l’époque mais aussi les horaires des trains de la ligne de Sceaux de 1955, ainsi que des slogans publicitaires, des recommandations et même des condamnations forment encore aujourd’hui une mosaïque colorée et très graphique une fois les photos mises côte à côte !

La station Trinité-d’Estiennes d’Orves se trouvait autrefois sur la ligne A de la compagnie Nord-Sud, qui exploitait les actuelles lignes 12 et 13 (A et B à l’époque). Concurrente du Métropolitain, la compagnie se différenciait par sa décoration soignée  comme des carreaux biseautés blancs et bleus pour le nom des stations (faïence de Gien), ou des éléments décoratifs en faïence bronze sur les cadres. Dans les années 1950, la modernisation du réseau après la création de la RATP conduit à la standardisation de 73 stations par une technique de « carrossage », qui consiste à recouvrir les voûtes d’un revêtement en métal. Cette standardisation a permis d’installer les grands panneaux publicitaires de quatre mètres sur trois que nous connaissons aujourd’hui.

La RATP assure qu’elle essaiera de conserver des éléments de cette station, dont le carrossage a été retiré pour qu’elle retrouve son aspect d’origine. Une étude de faisabilité est en cours pour les affiches qui sont collées à même les carreaux et seront donc difficiles à récupérer.