Une nouvelle mode : le “workwear”

Des bleus de travail revisités

Crédit : culetchemises.com

Yunxiang Zhou, jeune et talentueux créateur chinois (finaliste à Parsons), revisite le « workwear »(salopettes, bleu de travail, tabliers….)  de façon chic et pointue. A l’instar de Bleu de Paname lancé par Christophe Lépine et Thomas Giorgetti, qui revisitent les tissus oubliés du vêtement de travail. Comme la fameuse Moleskine, que l’on trouvait sur les bleus de chauffe, vestes de comptoir ou de « Bougnat ». Ils s’associent à un tisserand des Vosges, pour développer une Moleskine Bleu de Paname qui inaugure la réalisation de tissus exclusifs pour la marque, sur de vieux métiers à tisser. Nait alors un vêtement de travailleur « updaté » pour accompagner le labeur et la détente d’une nouvelle génération d’urbains, aux talents et modes de vie multiples.  

La révolution industrielle rend aussi la combi populaire. (in  M le magazine du Monde, Julien Neuville).

Habit de travail des ouvriers, elle devient l’uniforme des pilotes de chasse et des parachutistes pendant la seconde guerre mondiale… ainsi que celui des femmes qui remplacent les hommes dans les usines. Parmi elles, l’icône américaine Rosie la Riveteuse qui en est vêtue sur des affiches incitant à l’effort de guerre. A la fin des années 1960, les astronautes, idoles des temps modernes, paradent en combinaisons. Et les créateurs de mode s’emparent du vêtement, Yves Saint Laurent en proposant le premier une version élégante et légère…”

Consultez la belle adresse