Val-Jalbert (Canada) : une usine de pâte à papier “fantôme”

LLe village fondé par Damase Jalbert (1842-1904) en 1901, qui créa aussi la Compagnie de pulpe de Ouiatchouan la même année, porta d’abord le nom de Saint-Georges-de-Ouiatchouan, du nom de la rivière qui la traverse. Il fut ensuite renommé Val-Jalbert en 1913 par la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi en l’honneur de son fondateur.

Val-Jalbert est un ancien village du Lac-St-Jean aujourd’hui attrait touristique régional : C’est une ville fantôme.

Située à la limite des municipalités de Roberval et de Chambord, elle est fondée en 1901  quand Damase Jalbert du Lac Bouchette  y construit une usine de pâte à papier. L’emplacement est idéal, car l’énergie nécessaire à l’actionnement des machines peut être produite par les deux chutes de la rivière Ouiatchouan respectivement de 72 et 35 mètres.

En 1904, au décès de M. Jalbert, la compagnie est achetée par des Américains, puis en 1909 elle devint propriété de la Compagnie de pulpe de Chicoutimi. Presque 10 ans plus tard, la grippe espagnole fait des ravages parmi sa petite population.

En 1927, la Quebec Pulp and Paper Mills Ltd., qui possède l’usine depuis seulement un an, cesse tout activité en raison de la baisse de la demande de pâte mécanique non transformée.

Le site fut abandonné jusqu’en 1960 lorsque l’Office du tourisme le prit charge en le transformant en attraction touristique. Il a été classé site historique le 8 août 1996.

On y circule en carrioles et on peut s’arrêter au magasin général, à l’école, à l’église ou dans une des maisons qui conserve son mobilier et son atmosphère de l’époque.

De nombreux documents et mises en scènes avec des comédiens ravivent le souvenir d’une population entièrement dédiée à son industrie et à sa pérennité.

Les ouvriers étaient logés, éduqués, nourris dans cette petite ville, sans doute pour des salaires de misère mais avec l’assurance de garder leur emploi et leur maison au même endroit.

La préservation de l’usine permet de comprendre cette industrie du papier qui fut prospère pendant des décennies et qui utilisa toutes les innovations technologiques de l’époque.

Laissez vos commentaires en bas de page.

Pour vous y rendre consultez La Belle adresse.